vers Home plan vers index cartes... cartes
vers cours HG cours H-G

Techniques d'utilisation des documents graphiques

   Vous trouverez ici quelques réponses personnelles aux différents problèmes que j'ai pu rencontrer lors de la mise en oeuvre des techniques informatiques associées à la production de documents graphiques. Là encore, il ne s'agit pas de conseils, à proprement dit, mais de réflexions sur les pratiques. Si vous constatez des omissions importantes (il n'est pas question d'être exhaustif), voire des erreurs, contactez moi.

Les mots coloriés guident les lecteurs pressés ou avertis.

Généralités (contraintes, fichiers, formats).
Les sources (lacunes, bitmap, logiciel de carto).
Techniques de dessin vectoriel (méthodes, astuces).
Techniques d'utilisation et réemploi (impression, PréAO...).

Généralités

   J'utilise deux supports matériels de lecture de documents graphiques en cours (en dehors des supports classiques, manuels...) :

   Ce sont là les contraintes de départ qui entraînent des conceptions différentes des documents. Dans les deux cas, il y a une recherche de la qualité et de la lisibilité du document produit. Les principaux facteurs à prendre en compte sont :

   A cela s'ajoute une autre contrainte, la longévité du document et sa possibilité de réemploi sous une autre forme.
   Les documents distribués aux élèves sont en noir et blanc, souvent à compléter ou à interpréter. Les limites et contours doivent donc être fins, clairs, précis. Les dégradés dans les gris doivent être suffisamment perceptibles.
   Les documents projetés servent de repère, parfois de modèle. La définition doit être la meilleure possible, les couleurs réalistes.

   Il nous faut donc maintenant choisir entre deux grandes familles de fichiers graphiques qui présentent toutes deux des avantages et des inconvénients :

   Ce qui vient parfois compliquer les choses sont les formats et extensions de fichiers, ainsi que leurs conversions :

Donc :
   Sur papier, privilégier le vectoriel au bitmap pour les cartes, schémas, organigrammes (tout document avec des lignes) et imprimer à partir de documents bitmap en 256 nuances de gris (8 bits) lorsqu'on ne peut faire autrement (photos...).
   Le vectoriel permet un tracé plus fin, plus précis et détaillé. Il est plus facilement réutilisable.
   A projeter, utiliser les meilleures résolutions possibles (pour réduire l'effet de pixelisation). Toutefois, il est souvent préférable de partir d'un document vectoriel, pour les raisons énoncées plus loin.

vers début

Les sources

   Les sources sont nombreuses et variées, mais :

   Ces observations m'amènent à dire que seul le dessin permet de combler ces lacunes pour l'instant (vu l'état de mes connaissances...) :
   Comment cartographier les évolutions territoriales, les aires d'influence, les régions naturelles, les zones de production, certains flux... ?

   D'un autre côté, le fond de carte doit être réutilisable en partie. La tâche la plus fastidieuse est le tracé des contours, mais une fois que les littoraux et l'hydrographie (plus éventuellement quelques points) sont représentés, une grande part du travail est réalisée. Nous disposerons donc ainsi d'un calque qui servira de plan de base pour tous les documents.
   Auparavant, il est nécessaire de s'arrêter sur un unique système de projection cartographique par échelle de représentation de portion du globe (de manière à pouvoir superposer nos cartes).

   On peut donc distinguer, sur le plan technique, deux types de sources (souvent complémentaires) :

   Plusieurs applications permettent l'exportation de cartes vectorielles. J'ai tout d'abord utilisé une ancienne version de Décisionnel Cartes & Bases d'ADDE qui exporte au format WMF pour me constituer un fond de départ. Toutes ces cartes ont ensuite été retravaillées dans Corel Draw 3. Je suis passé depuis à Corel Draw 6.

vers début

Techniques de dessin vectoriel

   Chaque logiciel de dessin vectoriel a des caractéristiques propres, mais tous possèdent les mêmes outils et techniques de base :

   Lors de la création, trois manières de démarrer peuvent être distinguées : à partir de rien, à partir d'un dessin bitmap en arrière plan, à partir d'un dessin vectoriel importé.

   Quelques astuces :

vers début

Techniques d'utilisation et réemploi

   Le dessin ou la carte peut être destinée directement à l'impression ou à la réutilisation dans un logiciel de PréAO (support de cours projeté...). Dans les deux cas il faut conserver les caractéristiques du fichier d'origine (tous les objets et leurs attributs) et donc le format approprié (vectoriel dans le cas qui nous intéresse).

A suivre...

vers début